Search a spot

Type a few letters of the name of a spot, or region or country and click on an item in the list.

Modify your contribution
WhenWhereKite The blog

Spots hunter

640 viewsread post

whenwherekite - The blog

Spots hunter

by Thomasdh on 07.08.2019 - temps de lecture estimé: 4mn

whenwherekite

Il y 3 sortes de spots : les spots identifiés comme tels par la communauté, les spots fréquentés principalement par des locaux et enfin, ceux qui sont très peu connus ou encore vierges de tout rider. On les appelle les secret-spots.

Un secret est quelque chose que l’on ne dit qu’à une seule personne à la foisComme son nom l’indique, un secret-spot n’a pas vocation à être connu de tous et donc, à être divulgué. Sans tomber dans le localisme du milieu du surf, un secret-spot, ça se désire, se cherche, se découvre, bref... ça se mérite. Mais bien-sûr ça se partage, mais pas n’importe comment. Nous allons voir dans ce qui suit comment la quête du secret-spot peut changer la pratique du kite et révolutionner l'approche du kitetrip.

whenwherekiteL'enfer de Tarifa en haute saison

Si les spots de kite offrent la plupart du temps assez d’espace à chacun pour s’exprimer, la surpopulation en haute saison pousse à aller voir un peu plus loin que le kitebeach du coin pour passer une session mémorable. D’autant qu’avec l’arrivée des nouveaux supports, les axes de navigations diffèrent de plus en plus en fonction des disciplines : entre les strapless qui longent la vague, les twin-tips qui la sautent, les windsurfeurs qui se réservent un espace interdit au kiteux, les foils qui défient les lois de la physique en prenant des angles incroyables, les surfeurs qui attendent comme des otaries sur leur planche, sans parler des wingsurfs qui pourraient faire leur apparition, la circulation peut vite devenir chaotique et l’ambiance tourner au vinaigre : regards noirs, engueulades, voire crevaison de pneu pour peu que le touriste ait une plaque immatriculée 75. J’exagère bien-sûr, mais c’est une pratique courante dans le milieu du surf (même dans nos contrées) alors restons vigilants et bienveillants pour préserver notre sport de ce type d’incident (on a même vu une attaque au fusil en Nouvelle-Zélande).

Trouver un spot grâce à GoogleMapAujourd’hui il existe une multitude de sites Internet recensant les spots à travers le monde. Mieux encore, il suffit parfois d'interroger les réseaux sociaux pour obtenir les bonnes infos sur les spots moins peuplés. Mais le vrai secret-spot, celui où l’on est seul au monde ou presque, qui nous procure des sessions mythiques, qui reste gravé dans nos mémoires, est encore plus beau lorsqu’on l’a trouvé tout seul, en partant dans l’inconnu. Il existe des techniques quasi-infaillibles pour ça.

L’observation des cartes pour détecter le swell est une méthode répandue dans le monde du surf. Pour savoir si la houle va se transformer en belle vague tubulaire en déferlant sur la côte, on peut se fier à trois facteurs : les fonds marins, le vent (force et orientation) et le shape de la côte. On procède de la même façon pour nos spots de kite, mais on aura des critères différents sur ces trois facteurs selon le type de spot recherché (flat ou vague).

whenwherekite(3) - Fonds marins au large de Nazaré et du Pays Basque

Je ne vais pas m’étaler sur le surf mais donnons juste un exemple avec le premier facteur : on aperçoit sur les images (illustration 3) les fonds marins des côtes portugaises et basques. Allez sur Googlemap et zoomez sur Nazaré ou Hossegor en mode satellite, vous verrez que la dorsale sous-marine se prolonge au plus proche de la côte, d’où le fait qu’il y déferle les plus grosses vagues du monde. Vous pouvez adapter la méthode pour tous les lieux emblématiques du surf (Indonésie, Hawai, Pérou, Californie, etc.). Pour le kite on prendra évidemment en compte le vent avant tout (force et orientation).

Les spots de flat Le vrai flat, celui où le simple fait de tirer des bords permet à un rideur, même expérimenté, d’être en extase, celui où l’on progresse 4 fois plus vite en testant de nouveaux tricks, où l’on peut rider 3h non-stop sans avoir les cuisses en feu, ne se trouve que par vent offshore. Oui, c’est dangereux ; oui, c’est rafaleux ; mais on peut trouver des moyens d’atténuer ces points négatifs et de les rendre aussi sécure qu’un spot onshore avec un vent aussi régulier. Ceci étant dit, trouver un bon spot de flat n’est pas aussi simple que ça.

whenwherekite(4) - Spot de flat très peu peuplé avec une belle dune à sauter digne de la dune blanche à Dakhla. Quelque part en France...

Reliefs, marées et courantsSur les deux spots illustrés (4 et 5) - que certains reconnaîtrons peut-être -, on peut deviner deux formidables spots de flat par vent d'ouest à nord-ouest. Le danger du vent offshore est bien atténué par la possibilité de retrouver la côte facilement en cas de problème, et le vent venant du large sera parfaitement régulier selon l’orientation. Trois aspects sont en général plus difficiles à identifier derrière son ordinateur mais à ne pas surtout pas négliger : les reliefs, les marées et le courant.

Par exemple (illustration 4), on peut se douter en regardant la photo satellite (3) que le spot ne fonctionne qu’à marée haute. Il est en revanche plus difficile de détecter que la navigation par vent de sud-ouest est impossible car la dune dévente complètement le spot (par 25 noeuds établis côté mer, vous aurez un 10 noeuds moyen sur le spot avec des rafales à 30...). En revanche, n’étant pas perturbé par des reliefs, le vent de nord-ouest sera régulier et vous pourrez facilement compter sur 5 noeuds de plus que les prévisions en raison de l’effet venturi de l’embouchure du fleuve orientée nord-ouest.

whenwherekite(5) - Secret-spot, tout seul même par beau temps (vision GoogleMap du spot en incrustation)

Ces éléments peuvent s’anticiper et on pourrait faire tout un article sur comment lire et interpréter les prévisions. On peut aussi anticiper le courant dû au fleuve, qui sera d’autant plus fort que le coefficient de marée est important. Bref, tous ces réflexes s’acquièrent avec l’expérience mais rien ne vaut l’avis d’un local, donc n’hésitez pas à demander !

whenwherekite(6) - Les vagues ont l'air belles

Les spots de vaguesPour un bon spot de vague il faut une période élevée et une bonne orientation (side-on à side-off).

Sur ce spot (illustration 6), les vagues ont l’air de dérouler proprement avec une période (durée entre deux vagues) relativement longue et de bonnes zones de flat entre les vagues (visible à l’écume). Windguru nous permet de voir que le vent est orienté plein side, idéal pour le surfkite ou pour les prendre en kicker en twin-tip. Pourtant, aucune infos n'est disponible sur Internet ou en demandant sur les réseaux sociaux...

whenwherekite(7) - Spot de Santa Veronica - Salinas del Rey - en Colombie

Sur cette photo (illustration 7) - spot bien connu pour le coup -, on peut voir grâce à windguru qu’un fort vent au large apporte une houle bien formée. Cette houle de nord-est vient se briser sur la pointe pour ensuite former une belle vague déroulant sur plusieurs centaines de mètres. Ce phénomène est classique pour repérer de bonnes vagues. L’orientation, plein side, en fait un spot parfait.

whenwherekiteAucune info sur Internet sur ce spot complètement vierge en Colombie. Des sessions mythiques et des rencontres inoubliables avec les pêcheurs

Partir à l’aventureLa recherche de nouveaux spots est une activité plus qu’excitante. En plus de procurer des sessions hors du commun, ça pousse à découvrir de nouvelles régions, rencontrer des gens, poser des questions aux locaux et voir des choses que l’on n’aurait jamais vues dans un autre contexte. C’est aussi ça, pour moi, le kite. Un sport de découvertes et de rencontres. Contrairement à ce que l’on peut penser, la planète regorge de secret-spots à découvrir, et ce, même à côté de chez nous. Pas la peine d’aller à l’autre bout du monde pour en trouver (GoogleMap est un outil formidable pour ça).

Attention, la recherche de nouveaux spots entraine parfois dans de belles galères et, comme dans tout sport extrême, il faut savoir dire non lorsque ça s’avère trop dangereux. Il est par ailleurs préférable de ne pas se lancer dans cette activité tout seul (ni de kiter seul de manière générale).

 

L'auteurThomas, kitesurfer depuis 5 ans, apprenti blogger et ingénieur à mes heures perdues. Le kite a changé ma conception du voyage et me donne aujourd'hui envie de la partager.
Kitetrips: France, Maroc, Maurice, Espagne, Indonésie, Guadeloupe, Colombie, et bientôt Madagascar
Kitetrips qui me font rêver: Ecosse, Irlande, Namibie, Afrique du Sud
Home spots: Côte d’Émeraude (Bretagne) et côte d'Opale (Nord) : Lancieux, Saint Malo, Wissant...
Blog, Facebook , Insta

Envie d'écrire pour ce blog ?



 

to submit an article

Simply send your text to the address info [@] wwkite.fr.

  • Between 500 and 1000 words approximately.
  • The photographs of illustration must imperatively belong to you.
  • You must be registered on the site.

If your text is retained it will be published on the blog and on the page of the spot concerned.

Contributions and comments

Write your point of view

 

Do not hesitate to participate...

You have to be registered and logged in to post. This way...

Sign in or subscribe with Facebookloader

to contribute

24.08.2019 0:47:15

No registered contributions at this time

Petites annonces gratuites du kitesurf DEALkites

views
0views
0rank
of article