Search a spot

Type a few letters of the name of a spot, or region or country and click on an item in the list.

Modify your contribution

Greta, make us a Jesus-walk!

834 viewsread post

whenwherekite - The blog

Greta, make us a Jesus-walk!

by Carving on 07.23.2019 - temps de lecture estimé: 4mn

whenwherekitePhilippe Ancelin - OLK

À suivre le parcours de Greta Thunberg, on a le sentiment d'assister à la naissance d'une nouvelle secte dont elle serait le gourou. On le sait, toutes les grandes religions monothéistes sont des sectes qui ont bien réussi. Et dans le cas de Greta, la secte dite des « khmers verts » qui semble s'agréger autour d'elle pourrait bien donner naissance à un quatrième monothéisme : l'Écologisme.
Dans un mouvement d'optimisme réflexe - une fois n'est pas coutume - on serait tenté d'y adhérer car, si la nature est au centre de l'affaire, on se trouverait dans une démarche plutôt panthéiste (Dieu c'est la Nature et la Nature c'est Dieu) plutôt que théiste ou déiste, donc sans incarnation, sans clergé, sans dogme et sans rite.

Cependant, quelque chose discrédite cette thèse dont la source probable est la personne même de Greta qui tient, en vérité, plus du Messie que du gourou. C'est une ado, une fille et une personne... différente (selon la terminologie convenable). Elle coche toutes les cases du néo-progressisme à la mode et ses qualités (son état, son genre et son autisme) sont comme les stigmates du Christ : la preuve de sa sainteté. Il ne lui manque qu'une chose pour être le produit marketing parfait en ce siècle pétri de spiritualité : avoir la peau noire (mais souvenons-nous que même le petit Jésus s'est rendu coupable de quelques bêtises vénielles. Alors si même le fils du Dieu chrétien était perfectible...).

Le marketing religieuxLa force exceptionnelle des grandes religions qui leur a permis de résister à deux mille ans d'histoire humaine est justement la géniale invention d'un concept marketing majeur : donner à croire et à espérer. La vie terrestre n'est qu'un bref instant de survivance sur une planète dangereuse ou règne le chaos. C'est le constat que tout le monde peut faire. Acheter une parcelle de vie meilleure dans un arrière-monde paradisiaque, éternel et apaisé, est la proposition des religions. Il s'agit donc de souscrire à une police d'assurance et rien d'autre que ça (voir le Pari de Pascal). Et il n'y a pas d'échappatoire. Si jamais le divin message était rejeté en masse, si le branding content ne trouvait plus grâce auprès des mortels, la sanction serait lourde et définitive : la fin du monde (c'est déjà arrivé selon la Bible, souvenons-nous du déluge et de Noé).

Toutes les religions proposent une morale, c'est aussi pour cette raison qu'elles parviennent à conserver leur contingent de croyants malgré les progrès de la science sur l'élucidation des mystères de la vie et de l'univers. Les hommes oublient cependant trop souvent que la morale se suffit à elle-même. On peut être charitable, empathique et altruiste sans avoir à se prosterner devant une idole en plâtre. La morale laïque suffit amplement pour vivre heureux en société. On peut même être un homme bon (voire un homme bien) tout en se moquant des mortels qui, n'acceptant pas leur condition, érigent des totems pour tenter de se rassurer en espérant que ça ira mieux après la vie, donc quand ils seront morts ! Au même titre que l'on peut être très concerné par l'écologie, et rigoler doucement à voir ces grands personnages d'État faire des génuflexions devant une gamine de 16 ans simplement parce qu'ils se sentent eux-mêmes observés. Ce qui n'empêchera pas nombre d'entre eux, encore tout ébaubis de leur rencontre avec la demoiselle au regard énigmatique, d'aller ratifier le CETA. La religion impose l'hypocrisie. La religion n'est qu'hypocrisie.

Pour autant, le message de Sainte Greta est globalement recevable (comme celui du Christ l'était à son heure). Il n'est pas question de nier le réchauffement climatique. Ce qui fait désespérer de l'humanité ce n'est pas tant le manque de clairvoyance que les voies qu'elle emprunte pour agir. L'homme moderne, mature et progressiste, tel qu'on l'imaginait dans les livres d'anticipation ou comme on l'a cru avéré quand Neil Armstrong a posé le pied sur la Lune, devait être libéré des croyances et abreuvé de pragmatisme et de science. Hélas, aujourd'hui encore, à rebours de toute logique, il a sans cesse recours aux mêmes vieilles ficèles spirituelles. Dommage.

Tout ça c'est bien beau mais le kitesurf dans tout ça ?A priori, on se dit qu'un kitesurf mû avec la seule force du vent est écologique par nature. A posteriori, rien n'est moins sûr. Tout dépend de l'endroit où l'on place la ligne de démarcation entre ce qui est écologique et ce qui ne l'est pas. Mais définie ainsi, cette frontière a-t-elle un sens ? À y réfléchir, on aurait tendance à postuler que très rares sont les productions humaines qui soient véritablement écologiques (mise à part la défécation en guise d'engrais, et encore, pour certains d'entre nous, on peut s'interroger). Il est plus juste de parler de degrés : le terme exact est empreinte écologique.

Le kite c'est du pétroleSauf exceptions, tout le matériel et les accessoires de kitesurf sont fabriqués en Asie. Le site Internet qui abrite ce blog (comme tous ceux de sa catégorie) est une invitation H24 à prendre un long courrier pour trouver le vent (chaud de préférence) à l'autre bout du monde. Idem pour les influenceurs et les services marketing des marques dont le métier consiste à produire sans cesse de nouvelles images dans tous les recoins paradisiaques de la planète. Itou encore pour toutes les parties prenantes de l'économie du kite (hôteliers, écoles, voyagistes, organisateurs de compétitions ou d'événements...). Et n'oublions pas de citer les data-centers énergivores chargés de diffuser ces offres sur les réseaux. Donc tout, depuis le fabricant-importateur jusqu'au simple quidam qui habite loin des côtes, tout, toutes et tous, produisent en moyenne un bilan carbone assez déplorable au regard de l'écologiquement acceptable promu par Greta.

Et ce ne sont pas les nouveaux modes de pratique, comme le foil, qui apportent une réponse apaisante, avec leur mat en aluminium (métallurgie) ou plus souvent en matériau composite (résine thermoplastique = pétrole).
Et ce ne sont pas, non plus, les petites occasions de se sentir écoresponsables en préférant la crème solaire X ou la wax Y qui changeront quelque chose à la situation générale, même s'il n'y a pas de mal à faire, individuellement, bien ou mieux.
Et ce ne sont pas, enfin, les alternatives à notre pratique aimée qui nous rachètent des points de bonne conduite. Le kiteur étant avant tout un glisseur, il n'est pas rare qu'il achète, plus qu'à son tour, des produits d'importation issus du pétrole : paddle, VTT... ou emprunte télécabine et autre funiculaire pour s'élancer sur des pistes peaufinées à la neige de canon...

En résumé, à moins d'habiter la Camargue, de faire tisser son spi au point de croix par mamie Florette, de demander à Escartefigue, le charcutier d'Aigues-Mortes, de fabriquer un boudin en boyau de porc, de solliciter Chico, manadier aux Salins et artiste à ses heures, pour sculpter une barre en corne de taureau avec des lignes de chanvre, sans oublier de se faire tailler un twintip (ne cherchez pas, il n'y a pas de contrepèterie) dans une souche d'olivier... et tout le reste à l'avenant... non, le kite n'est pas un sport écologique.

Est-ce que c'est grave ?Le khmer vert répondra dans un cri : « Oui ! ». Pour les autres, c'est difficile à dire. On sait seulement qu'il faut bien vivre. Et vivre signifie se divertir en attendant la mort. Se dire qu'en lieu et place du kite on aurait pu choisir un sport mécanique et pétaradant. Mais on a préféré le vent, c'est-à-dire le risque de rester les bras croisés à contempler la mer durant les jours de pétole, longs et tristes comme des cortèges funèbres. Voilà toute notre misérable petite contribution.

Ce n'est donc pas demain que Greta nous fera un Jesus-walk...

Ajout au 23 août 2019

Envie d'écrire pour ce blog ou de proposer un sujet ? Envoie-nous un message...



 

to submit an article

Simply send your text to the address info [@] wwkite.fr.

  • Between 500 and 1000 words approximately.
  • The photographs of illustration must imperatively belong to you.
  • You must be registered on the site.

If your text is retained it will be published on the blog and on the page of the spot concerned.

Contributions and comments

Write your point of view

 

Do not hesitate to participate...

You have to be registered and logged in to post. This way...

Sign in or subscribe with Facebookloader

fredi

07.25.2019 10:59:37

A propos de l'hypocrisie, liste des 123 députés qui ont invité Greta Thunberg et laisser passer le vote du CETA: https://blogs.mediapart.fr/raphj/blog/230719/ces-123-deputes-ont-invite-greta-thunberg-et-laisse-passer-le-ceta-le-meme-jour

Petites annonces gratuites du kitesurf DEALkites

views
0views
0rank
of article